Les récits de la Liber-thé sont des séries d’articles dans lesquels des rédacteurs de toute la francophonie nous parlent de la liberté sous ses diverses facettes. Dans cette série – Les combattants de la liberté – Piotr Markielau revient sur les récents événements en Biélorussie et la mobilisation de la population pour plus de liberté.

Les combattants de la liberté – Biélorussie – Épisode 3

Les manifestations pacifiques qui ont suivi l’élection présidentielle ont suscité une réaction disproportionnée de la part de la police. L’écrasante cruauté des forces de sécurité a provoqué une mobilisation inattendue des Biélorusses contre le régime. «Nous n’oublierons pas, nous n’oublierons pas» est devenu l’un des chants les plus populaires de la contestation en cours.

Des manifestations de rue ont éclaté lorsque, le 9 août, les Biélorusses ont commencé à se rassembler devant les bureaux de vote dans l’attente des résultats des élections. Dans de nombreux bureaux de vote, les protocoles électoraux n’ont pas du tout été rendus publics. Les commissions électorales ont dû s’échapper par les fenêtres et les portes arrières afin de ne pas être confrontées à la foule des électeurs en colère.

Des observateurs indépendants ont fait état d’enlèvements forcés dans les locaux électoraux et d’arrestations par des personnes non identifiables portant des masques. Katsiaryna Bay était observatrice au bureau de vote n°32 du district de Partyzanski à Minsk. À l’entrée d’une école où se trouvait le bureau de vote, elle comptait les électeurs avec des bracelets blancs. Cette méthode a été inventée pour contourner l’interdiction des sondages de sortie des urnes imposée par le gouvernement : ceux qui portaient des bracelets étaient considérés comme votant contre Loukachenko. Ce jour-là, elle a remarqué quelques fourgonnettes analogues à celles utilisées par les forces de sécurité garées à proximité.

© Maxim S

«À un moment où il n’y avait personne autour, ils sont sortis des voitures en courant vers moi. Je me suis précipitée dans l’école en criant «Au secours, OMON (nom générique pour désigner les unités de forces spéciales du ministère de l’intérieur russe et anciennement de l’URSS) me poursuit» et j’ai réussi à m’enfermer dans les toilettes. J’étais assise dans les toilettes et je les ai entendus fouiller l’école. La directrice a verrouillé la porte d’entrée et s’est postée à la porte de derrière pour m’attraper. Le portier qui a mal orienté les agents est venu me voir et m’a dit de m’asseoir tranquillement. Au bout d’une heure environ, je suis sortie en toute sécurité», – nous raconte Katsiaryna. Après cet incident, elle a dû se réfugier dans une cachette pendant une semaine car elle ne se sentait pas en sécurité à Minsk.

D’autres n’ont pas eu cette chance. Alaksandar Łuskin, qui observait dans un commissariat voisin, n’a pas réussi à s’enfuir dans une situation similaire. Il a été accusé de trouble à l’ordre public et de résistance à la détention et a été condamné à 25 jours d’arrestation administrative.

À l’exception de quelques cas où les manifestants ont affronté la police, les manifestations qui se sont poursuivies jusqu’à une heure tardive de la nuit ont été pacifiques. La police a utilisé des gaz lacrymogènes, des grenades paralysantes, des balles en caoutchouc et des canons à eau pour disperser les manifestants. Environ 3000 personnes ont été arrêtées dans la nuit du 9 au 10 août.

Le lendemain, les gens ont continué à circuler dans les rues avec des drapeaux et des banderoles, malgré la violente réaction des forces de sécurité. Une personne au moins a été tuée à Minsk le deuxième jour de la manifestation nationale. «Nous n’oublierons pas» dit l’inscription sur le trottoir près du lieu de sa mort, un mémorial improvisé auquel des milliers de fleurs ont été apportées.

Dans la matinée du 11 août, le ministère de la santé a indiqué que 200 personnes avaient été hospitalisées en rapport avec les manifestations. L’internet a été bloqué pour le troisième jour consécutif, ce qui a rendu extrêmement difficile pour les organisations de défense des droits de l’homme la collecte et le traitement des informations sur les atrocités choquantes qui ont eu lieu dans les rues et les centres de détention.

© Maxim S

«Quand nous sommes arrivés au centre de détention et que la porte s’est ouverte, je suis tombé. Ils ont dit : «Oh, on dirait qu’il est mort». Ils m’ont pris par la peau du cou, jeté hors de la voiture, traîné sur le sol et laissé sur l’herbe. Ma tête saignait, tout mon corps était noir et bleu. Je ne pouvais pas bouger et je perdais constamment conscience. De la salive sortait de ma bouche. On a prétendu que j’étais un drogué, comme tant d’autres. À un moment donné, j’ai commencé à convulser» nous raconte Jaŭhien Michasiuk, qui a été arrêté le 11 août.

Il a été battu jusqu’à ce qu’il perde conscience, ce qui lui a évité d’entrer dans le centre de détention qui s’est transformé en camp de concentration à l’époque. Les personnes qui attendaient la libération de leurs proches pouvaient entendre de forts gémissements venant du périmètre de la prison. Ceux qui sortaient ont fait état de traitements et de tortures incroyablement inhumains. Des histoires difficiles à croire ont commencé à se répandre rapidement lorsque l’accès à Internet a été partiellement rétabli.

Selon certains rapports, 50 personnes ont été emprisonnées sans nourriture pendant 3 jours dans une cellule conçue pour 4 personnes. D’autres confirment que 80 à 120 personnes ont été maintenues debout dans de petites cours de promenade de 5×5 mètres pendant plus de 24 heures.

«Vous êtes des animaux sans droits, nous vous ferons tout ce que nous voulons», nous ont-ils dit. Nous nous sommes agenouillés pendant 4 heures, en étant battus et humiliés. Le soir, ils ont commencé à nous torturer. Les personnes arrêtées ont été sorties des cellules, dépouillées et battues à coups de matraque. Cela a duré jusqu’au matin. Dans la cellule, il était difficile de respirer. Certains perdaient conscience. Il y avait si peu de place que nous ne pouvions même pas tous nous asseoir» – explique Andrej de Minsk, qui a été arrêté le 10 août et condamné à 15 jours d’emprisonnement.

Pendant les 4 premiers jours suivant l’élection, environ 7 000 personnes ont été arrêtées. Des dizaines de personnes ont été portées disparues, certaines d’entre elles ont été retrouvées mortes avec des pancartes.

L’auteur de la série, Piotr Markielau, écrit de Minsk (Biélorussie). Actif dans les manifestations actuelles, il s’est fait emprisonner par la régime en place pour ses prises de position.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Newsletter de Liber-thé

Des articles, des études, toute l'actualité libérale dans notre newsletter.
Je m'inscris
close-link